Interview de Thierry Poulain – Créateur de la 1ère édition du NoctiRaid

Découvrez l’interview de Thierry Poulain, enseignant des métiers du sport à l’Université Paris-Sud et créateur de la première édition du NoctiRaid.

Thierry Poulain - NoctiRaid

  1. Pouvez-vous nous parler de la toute première édition du NoctiRaid ?

Avant le 1er NoctiRaid (2007), nous avons monté le Projet R.O.U.G.E. (Raid Orsay Université Grandes Écoles) avec les M2Mels en 2006. Les différentes épreuves étaient le trail, VTT, tir à l’arc, descente en rappel + épreuve surprise = tirs de paint-ball sur une mascotte Lapin, en pleine forêt & la nuit ! Il y avait 10 équipes participantes entre 2 et 3 coureurs.

  1. Comment avez-vous eu l’idée de créer cette épreuve organisée par les étudiants de l’Université d’Orsay ?

Avec Bernard Corrand (enseignant « historique » de la filière Management à UPS), nous avons eu l’idée de monter un Raid avec l’aide d’une entreprise privée spécialisée, basée à Dreux. Mais après une visite & discussions dans leur domaine, les étudiants 2006 ont dénoncé le partenariat, ne voulant pas être « des prestataires de service » et s’engageant à monter leur propre Raid. J’ai dit « banco » et ça a été le début d’une confiance mutuelle (responsabilités partagées) qui caractérise encore aujourd’hui le montage du NR. Un étudiant a été particulièrement déterminant dans cette aventure 2006 (montée en moins de 3 mois !), Gaël Couturier, journaliste en reconversion, aujourd’hui journaliste spécialiste de Raids à travers le monde.

  1. Quelles sont les évolutions du NoctiRaid qui vous ont particulièrement marquées ?

En changeant de nom en 2007, le NR a aussi changé de cible en ouvrant à tous les coureurs possibles, y compris les spécialistes. Le NR est alors devenu un Raid étudiants mais aussi un Raid attendu par la communauté des coureurs spécialistes franciliens (puis nationaux). Ces différences de niveaux de coureurs en font aussi son charme. De nouvelles épreuves ont été introduites selon les années, les plus périlleuses ou amusantes se sont déroulées sur l’Yvette (kayak-trail, slalom kayak sur le lac d’Orsay) mais aussi le rappel de nuit sur le viaduc des fauvettes, des team works- 3 étudiants attachés et sous la pluie battante…).

  1. Cette année, le NoctiRaid accueille pour la première fois une épreuve destinée aux enfants, dans dix ans, comment imaginez-vous le NoctiRaid ?

Pas plus grand, les chemins de la vallée (fortement urbanisée) ne le supporteraient pas et cela risquerait de mécontenter les populations riveraines et les nombreux promeneurs. Une ouverture pour des coureurs internationaux me semble souhaitable, dans la perspective du M2 et de son internationalisation.

  1. Imaginiez-vous il y a dix ans que le NoctiRaid prendrait une telle ampleur ?

Non bien sûr, il ne faut pas oublier que cela reste un exercice grandeur nature (sans jeu de mot) pour préparer nos étudiants à leur vie professionnelle et aux responsabilités qu’ils prendront. Mais la succession des apports de chaque promotion et son effet de strates a rendu possible ce développement. Les héritages successifs l’ont facilité. C’est la notoriété du NR qui est intéressante maintenant pour la visibilité de notre filière Management.

  1. Que pensez-vous que l’organisation de cette course peut apporter aux étudiants du M2 Mels ?

Assurément une expérience « live » d’un événement sportif ; nous ne sommes pas prestataires pour une marque ou une collectivité qui nous dirige (comme ailleurs…), mais bien les dépositaires du « produit », le label du M2Mels UPS qui se mérite. Dans la préparation et ses missions & responsabilités à prendre, les contacts professionnels développés à cette occasion. Mais aussi le jour de l’épreuve elle-même où les étudiants vont apprendre à se connaître dans la réalité d’un événement : certains, timides en préparation, se révèlent superbes en événement, avec une grosse capacité de travail, de réaction à l’imprévu, de gestion et d’improvisation ; d’autres, à l’inverse, perdent pied le jour J et disparaissent ou presque ; et les meilleurs, les plus pros, assurent d’octobre aux débriefs post-event.

  1. Avez-vous une anecdote à nous raconter à propos de la toute première édition ?

Ne revenons pas sur l’équipe disqualifiée (on ne sera jamais si c’était mérité), je préfère l’anecdote de ce pauvre étudiant M2 volontaire pour enfiler la mascotte-lapin et qui s’est fait tirer dessus pendant une demi-heure, en se cachant derrière les arbres de son parcours en AR ! Il était épuisé et n’avait pas mesuré que les impacts des billes de peinture, ça peut faire des bleus malgré la fourrure…

  1. Si vous étiez chef d’une commission au NoctiRaid, laquelle serait-elle ? (logistique, marketing, développement durable, sport, communication, équipe, chef de projet …)

2 stratégies possibles : soit j’en profite pour me former là où je suis le moins compétent et bénéficier de l’expérience pour ajouter une ligne à mon CV, soit je m’appuie sur ce que je sais déjà faire pour en démontrer ou accroître l’étendu. Chef de projet, c’est ce que j’ait fait (avec un étudiant) de 2006 à 2016, je choisirais donc le Développement Durable pour sa nouveauté et son impérieuse nécessité dans l’évolution des épreuves sportives (et du NR). Ce que j’éviterais : la responsabilité des bénévoles…

  1. Un petit mot pour les étudiants qui organisent le M2 MELS cette année ?

Je suis sûr que vous avez bien préparé l’événement en amont, alors ne ratez pas le jour J, c’est ce qu’il y a de mieux. La métaphore amoureuse est bien proche… Donc, soyez prêt aussi physiquement (hygiène de vie, sommeil & alimentation). Et n’oubliez le post-event avec le rangement, les retours aux partenaires, les débriefs et les CR pour que la promotion M2Mels suivante enchaîne facilement le NR2020.

Un grand merci à Thierry Poulain pour ses réponses !  Retrouvez la 10ème édition du NoctiRaid le samedi 16 Février 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *